L'évolution du support de stockage des jeux vidéo

L'évolution du support de stockage des jeux vidéo

L'évolution du support de stockage des jeux vidéo

Depuis que les jeux vidéo se sont démocratisés et qu’ils ont intégré nos foyers, une nouvelle problématique du stockage est apparue. Sur les bornes d’arcade, seul un jeu était disponible par borne, le tout étant majoritairement limité par la technologie de stockage et de jouabilité de l’époque. Avec l'avènement des consoles, les enjeux ont changé. Le principe n’était plus de mettre les jeux directement sur les consoles, mais d’assigner à chaque jeu son moyen de stockage. Ainsi, une console pouvait accueillir de nouveaux jeux même après sa sortie. Il est donc devenu possible d’acheter une seule console et d’en profiter avec plein de jeux différents. Économiquement, les retombées sont aussi intéressantes : les quantités produites peuvent être plus grandes et les consommateurs peuvent acheter plusieurs jeux compatibles avec une seule console. Tout le monde est gagnant. Se pose donc la question des supports de stockage utilisés. Grimpez dans votre DeLorean, nous allons faire un petit voyage dans le temps !

Tas de cartouches de différentes consolesDifférents types de cartouches

Avant de jouer, il faut stocker

Commençons par le commencement. Au début, il n’y avait rien. Puis sont arrivées les bornes d’arcade avec le sacro-saint Pong. Elles règnent sans merci sur les années 70 et connaîtront un fort essor à la fin de ces années. On voit ensuite apparaître les premiers ordinateurs personnels, aussi appelés micro-ordinateurs. Avec eux apparaît ce qu’on pourrait considérer comme le premier support de stockage : le papier ! Éh oui, les codes des jeux du moment étaient imprimés et distribués aux détenteurs d’ordinateurs. Il suffisait alors de recopier le code posé sur papier dans sa machine et le tour était joué ! Pensez-y la prochaine fois que vous pesterez sur un chargement un poil trop long. Dans le même temps, les premières consoles de jeu vidéo font leur apparition, à l’instar de l’Atari 2600, et se font une place dans le salon des familles. Avec elles arrivent de nouveaux supports de stockage tels que les cartouches, les disquettes et les cassettes. Les consoles de salon profitent d’un fameux moment de gloire, mais écourté en raison du krach du jeu vidéo de 1983. Une mauvaise connaissance du marché, des jeux de mauvaise qualité ainsi que leur surabondance sur le marché causeront la chute du jeu vidéo jusqu’en 1985. C’est cette année-là que Nintendo revient aux affaires avec la NES et Super Mario Bros. et que l’on considère que les consoles ont commencé à se différencier des micro-ordinateurs. Sega suivra un peu plus tard avec la Mega Drive.

 

Le CD, de la musique aux jeux vidéo

En 1990, le CD (Compact Disc) mis au point par Philips et Sony dans le domaine de la musique commence à s’imposer comme la technologie de stockage de l’avenir. Il met les cassettes et autres disquettes K.O. en tout point : capacité de stockage, vitesse de lecture, vitesse de transfert, réutilisabilité, longévité (à condition de ne pas le rayer bien sûr !), etc. Nintendo entame une coopération avec Sony pour créer une console utilisant ce format, mais quitte finalement le projet et laisse Sony poursuivre seul ce qui deviendra par la suite la Playstation. Le succès est immense et cela propulse Sony au rang d’incontournable des consoles aux côtés de Sega et Nintendo. Grâce à ce succès, le CD se démocratise et commence à s’imposer comme le support de stockage rêvé pour les consoles. La Saturn et la Dreamcast de Sega opteront d’ailleurs pour ce format, mais avec bien moins de réussite commerciale que la Playstation de Sony.

Jaquette du jeu Rayman, sorti sur PlaystationJaquette de Rayman sur Playstation

Nintendo à contre-courant

Dans le même temps, Nintendo n’adhère pas au CD et reste fidèle aux cartouches. Cela devient une marque de fabrique pour la firme nippone : ne pas faire comme les autres. Toutes les consoles du géant japonais auront droit à des supports spécifiques : cartouches pour la NES, SNES et Nintendo 64, Mini-DVD pour la GameCube, DVD fait maison pour les Wii et Wii U et retour aux cartouches sur la Switch. En parallèle, Nintendo est leader sur le marché des consoles portables, qui du fait de leur aspect nomade, ne peuvent embarquer de CD ou de DVD et assurent la pérennité des cartouches. Quoique, Sony a réussi à intégrer son format propriétaire, l’UMD, au sein de sa Playstation Portable (PSP), mais qui sera ensuite remplacé par les Cartes PS Vita sur la console éponyme.

 

Le DVD, la nouvelle révolution

Sony et Philips sont rejoints par Toshiba et Panasonic pour créer le nouveau standard de stockage vidéo, permettant de remplacer la VHS (Video Home System). C’est ainsi qu’en 1995, naît le DVD (Digital Video Disc), qui sera utilisé par la toute nouvelle Playstation 2 (PS2) de Sony, puis la Xbox de Microsoft. Suite à l’échec de la Dreamcast, Sega ne prendra pas le virage du DVD et laissera Nintendo, Sony et Microsoft se départager la place de la meilleure console de salon.

Plusieurs supports de stockage sur une frise chronologiqueInfographie sur l'évolution des support de stockage

Passé, présent, futur

Notre voyage dans le temps touche à sa fin, car nous arrivons sur les supports utilisés sur la génération actuelle de consoles, à savoir le Blu-Ray et le dématérialisé, ou l’absence de support. La Playstation 3 (PS3) de Sony innove à nouveau en proposant de lire des Blu-Ray, permettant ainsi d’utiliser sa console comme lecteur de films. À l’instar de sa concurrente, la Xbox 360, la PS3 propose de pouvoir télécharger certains jeux (souvent des démos de jeu) et donc de jouer sans support ! Le principe est ensuite repris sur les consoles des générations suivantes telles que les PS4 et PS5, Xbox One puis Xbox One Series S et X. Le dématérialisé ne se restreint plus aux seules démos, mais permet bien d’acheter et de jouer à des jeux sans jamais détenir de support tangible.

 

Cependant, on oublie un acteur de taille dans toute cette histoire : l’ordinateur (PC pour Personal Computer). J’ai surtout utilisé les générations de consoles pour imager mon propos, car entre les années 80 et aujourd’hui, un PC reste un PC, aux détails des composants qui ont certes - un peu - évolué depuis. Étant donné que le PC n’a jamais été étudié uniquement pour les jeux vidéo, c’est assez logiquement que toutes les innovations de stockage se sont retrouvées, à un moment ou à un autre, intégrées aux ordinateurs. L’univers du PC a changé les règles du jeu avec l’arrivée de Steam sur nos machines. Avec des titres à succès comme Counter Strike et Half-Life, Valve s’est installé confortablement sur le marché du jeu vidéo. L’entreprise a donc pu imposer son interface de téléchargement : Steam. Beaucoup d'éditeurs tiers y voient une façade simple d’accès et forte en visibilité, ce qui amène des jeux étrangers à Valve à y être proposés. Les développeurs de jeux indépendants y voient aussi un avantage, simplifiant énormément la distribution de leurs titres en échange d’un billet glissé à Valve. Les concurrents de Valve ne tarderont pas à se joindre à la fête : Origin (EA), Epic Games Store (Epic Games), Ubisoft Connect, anciennement uPlay (Ubisoft), GoG, etc.

 

Photo d'un centre de donnéeLes centres de données, le cœur du dématérialisé

Ce qui se cache derrière le dématérialisé

C’est bien beau de pouvoir télécharger la centaine de Gigaoctets de Read Dead Redemption 2 ou de GTA 5 en quelques heures à l’aide des vitesses de téléchargement atteignables aujourd’hui, mais cela a un coût. Déjà, cela est possible grâce au développement des infrastructures réseau (ADSL, VDSL, Fibre optique) ainsi que l’augmentation des espaces de stockage sur nos disques durs. On les oublie parfois, mais c’est grâce à nos disques de plus en plus gros que nous pouvons stocker de plus en plus de jeux. Les disques durs de quelques Téraoctets étaient encore de la science-fiction il y a quelques années. Enfin, on se dit que sans boîte de jeux, sans CD, DVD ou cartouches, nos téléchargements ont un impact moindre sur la pollution de notre environnement... Alors oui, mais non, comme nous l’avons vu ensemble dans un précédent article.

 

 

Que ce soit au niveau des manettes, des accessoires ou simplement des supports de stockage, le monde du jeu vidéo a beaucoup évolué en 40 ans d'activité. Les prochaines années promettent elles-aussi leur lot d’évolution, avec pourquoi pas des technologies comme la réalité virtuelle, la réalité augmentée ou d’autres accessoires en tout genre.

 


Sources :

https://fr.statista.com/infographie/17388/supports-jeu-video-les-plus-populaires-en-france/

https://mag.mo5.com/actu/118962/chronique-linvention-de-la-cartouche/

https://www.clubic.com/mag/jeux-video/article-712875-1-30-40-50-pourquoi-jeux-video-gros.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_du_jeu_vid%C3%A9o

https://fr.wikipedia.org/wiki/Krach_du_jeu_vid%C3%A9o_de_1983

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nintendo#Consoles

https://fr.wikipedia.org/wiki/Disque_optique_Nintendo

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dreamcast

https://fr.wikipedia.org/wiki/PlayStation_2

https://fr.wikipedia.org/wiki/Xbox

https://fr.wikipedia.org/wiki/Saturn_(console_de_jeux_vid%C3%A9o)

Si notre article vous a plu

Soutenez nous sur Tipee

LuckyiD
LuckyiD

Force Wielder. Animus Enthusiast. Movie Fan. Science Lover.